Toute l'actualité du Groupe Seguin

LES TROPHÉES DE L’EXCELLENCE COMMERCIALE

Seguin récompensé par l’association des dirigeants commerciaux de France

L’Association des Dirigeants Commerciaux de France a remis hier soir le trophée de l’excellence commerciale à quatre entreprises auvergnates, de domaines différents.
Ainsi la société Oxitis, spécialisée dans le matériel et les produits de nutrition pour sportifs, a été récompensée pour sa performance globale. Mistral Informatique, développeur de solutions de gestion pour les concessionnaires de matériel agricole, l’a été dans la catégorie performance commerciale et innovation numérique, avec une application mobile dédiée. La société Oviance, partenaire d’EDF et prestataire de services réseaux, a reçu le trophée pour sa performance commerciale et son management.

Le groupe Seguin a, quant à lui, reçu le trophée de la performance à l’international

Sur un marché atomisé et faisant face à une très vive concurrence, qu’elle vienne de France, d’Allemagne, d’Italie ou d’Europe Centrale, Seguin continue son développement à l’export en actionnant des leviers stratégiques internes et externes. Internes tout d’abord, avec son département dédié, composé de deux commerciaux. Celui-ci s’appuie sur un back-office d’expérience pour la gestion des exportations, notamment en ce qui concerne la complexité des régimes douaniers, la logistique, les réglementations locales ou encore l’actualité géopolitique de certains de nos partenaires. La direction est elle-même très impliquée dans les relations commerciales avec les importateurs étrangers. Cette implication et cette proximité des rapports est particulièrement importante vers des pays comme le Japon, très attaché à s’entretenir avec le PDG directement.

Les leviers externes résident en partie dans le choix starégique de participer au salon international du chauffage au bois, Progetto Fuoco, qui se déroule tous les deux ans en Italie, à Vérone. Au début purement européen, ce salon a étendu sa dimension internationale, en attirant des visiteurs venant d’Aise, d’Amérique du nord ou encore de l’hémisphère sud. Cette ouverture renforçant la volonté du groupe de progresser sur ces territoires éloignés. La prospection et le développement sont facilités par l’expertise de bureaux de conseil publics, comme la CCi de Riom ou Business France par exemple,ou encore les services internationaux de différentes banques.

Une culture d’entreprise tournée vers l’international

La culture d’entreprise tournée vers l’international a été insufflée il y a maintenant 20 ans par Antoine de Galembert, alors récent repreneur de l’entreprise. En résulte aujourd’hui encore une grande proximité avec les clients étrangers, que la direction n’hésite pas à « mélanger » aux revendeurs français, lors de rassemblements tels que l’inauguration du centre de formation, qui a eu lieu en septembre de l’année dernière. Tout le monde se sent investi et valorisé en pensant qu’une cheminée dessinée et fabriqué en Auvergne se retrouve dans un salon breton et dans un penthouse au Pays-de-Galles, ou encore une magnifique villa en Australie.

Des atouts à faire valoir

Pour convaincre à l’export, le groupe Seguin met en avant ses atouts. Des relations privilégiées avec ses revendeurs, gage de fidélité sur le long terme, une exclusivité assurée à ses clients, la gamme la plus large du marché avec un seul fournisseur (foyers en fonte, foyers linéaires en acier, cheminées traditionnelles, cheminées métalliques suspendues de luxe…), et des appareils de grande qualité et performants, tous fabriqué en France, répartis sur trois sites : Randan, Belley et Montpellier. Le groupe est composé des cheminées Seguin bien entendu, mais aussi de la société JC Bordelet, racheté en 2006, de cheminées Axis, acquise en 2007, et la petite dernière, la société Speeta, qui a intégré le groupe début 2016, avec son poêle à bois connecté dessiné par Philippe Starck, la SPEETBOX BY STARCK.
Aujourd’hui 45% des exportations se font dans l’Union Européenne, 55% sur le « grand export », vers la Chine, l’Australie, le Liban, le Japon ou la Russie pour ne citer qu’eux, et des objectifs de développement vers l’Afrique du Sud notamment.

Lire l’article dans La Montagne